Nous y étions : La Traversée de Paris Estivale 2021

Le mois de juillet a été riche en événements automobiles et s’est conclu de la plus belle des manières avec la Traversée de Paris Estivale 2021 ! Cette 14ème édition a tenu toutes ses promesses malgré la météo pluvieuse et intermittente. En effet, les collectionneurs et les passionnées de voitures vintage ont répondu à l’appel de Vincennes en Anciennes. Ce sont pas moins de 702 voitures, dont 15 d’avant-guerre, 202 des sixties et 195 des seventies, de 85 motos ou cyclomoteurs, de 16 vélos, de 7 tracteurs et de 3 bus qui ont parcouru les rues de notre capitale ! A cela, on y ajoute 35 équipages venus de l’Europe incluant des allemands, des belges, des luxembourgeois, des hollandais ainsi que des helvétiques ! La notoriété de cet événement n’est plus à faire et dépasse aujourd’hui nos frontières ! ABSOLUTELY CARS vous propose de revivre cette traversée le long d’un parcours parsemé des plus beaux monuments parisiens ! Du Château de Vincennes à l’Observatoire de Meudon en passant par la Butte Montmartre, la Place de la Concorde, l’Esplanade des Invalides ou encore les Champs-Elysées, embarquez avec nous pour (re)vivre cette virée !

Le Château de Vincennes : le grand départ du matin !

Comme chaque année, Paris s’est réveillée au son des moteurs, ce fameux dimanche 25 juillet 2021. Sur le chemin vers le Château de Vincennes, nous croisons les premières voitures de collection qui ont pris le départ tandis que la majorité est encore en chemin. Sur le parvis du plus grand château fort royal de France, les véhicules et les passionnés font déjà la queue pour avoir leur précieux sésame : la plaque et le roadbook. Il est 8h30, le soleil joue déjà avec les nuages et la Traversée de Paris Estivale prend forme ! Malgré l’état sanitaire actuel, il est beau de voir que les collectionneurs de toutes horizons ont répondu présents afin de participer au fameux rassemblement de Vincennes en Anciennes. Dans une farandole de carrosseries, les Américaines croisent les Françaises, les populaires, les voitures haut de gamme et les civiles, les véhicules militaires. Rares sont les rassemblements qui sont si cosmopolites ! Alors que le flot des participants ne désemplit pas, on peut s’arrêter un instant pour admirer les modèles ayant bercé notre enfance allant de la mythique Citroën 2CV à la Renault R5. Toutes les nationalités européennes, avec en prime des marques nordiques ou russes y sont représentées à l’instar de la DAF 66 et de la Saab 93. Bien évidemment, on oublie pas les Jeep Willys et Hotchkiss datant de la Seconde Guerre mondiale.

Emerveillés par toute cette diversité, nos premier coups de cœur vont pour les véhicules type fourgons-utilitaires des années 1950 et 1960 aux décorations personnalisées à l’image de cette Renault Juvaquatre siglée au nom de la Charcuterie Raillard et reprenant les différentes parties du cochon sur les ailes ou encore cette Citroën Dyane aux couleurs de la Jardinerie Laurent Laplace, fournisseur officiel du sapin de Noël de l’Elysée, exposant ses réalisations à Meudon chaque année !

La Butte Montmartre : un incontournable de la Traversée de Paris Estivale

Cette 14ème édition de la Traversée de Paris Estivale a déroulé un parcours, somme toute, traditionnel avec un itinéraire passant par la Butte Montmartre. Le moment reste inoubliable avec une montée jusqu’au Sacré-Cœur en bonne compagnie tandis qu’il est possible de rencontrer les premières voitures qui descendent à l’image de cette Talbot Solara. Si l’ascension a lieu sans difficultés, les belles carrosseries font tout de même une pause au sommet. Nous voilà donc garés à admirer le ballet incessant des grimpeurs qui continue. Citadines, coupé, sportives ou limousines, chacun monte à son rythme et immortalise l’ascension avec des photos/vidéos avec en fond la plus belle vue de Paris ! Quelque soit la marque ou le modèle, le résultat est synonyme de sourires, d’admiration et de partages des touristes présents. Loin d’être pointée du doigt, l’automobile devient alors le lien entre les générations emplis de souvenirs remontant pour certains à l’enfance !

L’Esplanade des Invalides : the Place to Be

Depuis des années, quand se déroule la Traversée de Paris Estivale, la Place de la Concorde et l’Esplanade des Invalides sont les lieux de rendez-vous de tous les amateurs de belles voitures ! Hélas la première étant boudée depuis le début de l’épidémie à cause d’un parcours qui l’évite, c’est la deuxième qui se voit auréolée de succès ! Les voitures investissent l’immense Avenue du Maréchal Gallieni et le Rond-Point du Bleuet de France ! Chaque minute voit arriver son lot de voitures ! Certains ont suivi scrupuleusement le roadbook, les amenant vers l’Opéra Garnier, puis vers l’Ile de la Cité avant de remonter le long de la rive gauche. D’autres ont préféré faire l’école buissonnière en passant par la Place du Ternes, puis l’Avenue des Champs-Elysées, sans doute pressé de rejoindre la petite ruche en effervescence ! Les trottoirs sont occupés par des rangées interminables vintage et rétro avec des modèles allant des avant-guerre aux youngtimers. Entre pluies et éclaircies, les passionnés s’y sont arrêtés pour discuter, prendre des photos ou entamer l’apéro ! En effet, on pourrait passer des heures sur ce petit îlot de paradis à observer chacune des automobiles roulant autour de la place ! On ne peut qu’apprécier la diversité des carrosseries et des moteurs avant d’immortaliser les pépites à deux ou quatre roues le temps d’une photo !

Parmi les nombreuses voitures présentes sur l’Esplanade des Invalides à l’occasion de la 14ème édition de la Traversée de Paris Estivale, nous avons rencontré deux formidables voitures ! La première qui a capté notre œil, est une Mercedes-Benz 170 cabriolet « W136 » (1949-1951). Il s’agit du premier véhicule de tourisme haut de gamme d’après-guerre de la marque à l’étoile. Elle se dote d’un habitacle 2/4 places, d’une instrumentation complète, d’un espace de rangement derrière les sièges. Côté moteur, on trouve un bloc 4 cylindres 1.7 (1767cm3) de 52ch accouplé à une boite manuelle 4 rapports. Le système de freinage est assuré par des tambours aux 4 roues. Les performances sont modestes : 0-100 en 32.0 secondes et 120km/h en vitesse de pointe. L’ensemble pèse 1.3 tonnes sur la balance. La deuxième voiture qui a fait battre notre cœur, un un roadster néo-rétro électrique baptisé De Vinci. Pour rappel, la naissance de cette marque automobile artisanale remonte à 2017 suite à l’association entre Jean-Philippe Dayraut et un certain Ari Vatanen. Le modèle De Vinci DB718 se pare des caractéristiques suivantes : une construction à la demande dans le Tarn, une structure tubulaire en aluminium, un long capot, un volant bois, un plancher en teck, un habitacle biplaces, une instrumentation réduite au minimum et une personnalisation . L’autonomie moyenne culmine à environ 150km. L’ensemble se négocie à partir de 49 500€.

Mais il est déjà temps de reprendre la route et de descendre vers la Tour Eiffel. Sur le chemin, nous rencontrons plusieurs Volkswagen Karmann Ghia dont la sonorité fait vibrer les tunnels des Quais de Seine. Le roadbook propose de remonter vers l’Avenue Foch, puis de faire un passage express dans le Bois de Boulogne avant de remonter le fleuve. Toutes les voitures pointent vers une seule et même direction : l’Observatoire de Meudon !

L’Observatoire de Meudon : place à l’exposition statique de la Traversée de Paris Estivale 2021 !

L’arrivée est enfin à portée de vue tandis que l’Observatoire de Meudon émerge au sommet de la pente. Seules les voitures portant la plaque de la Traversée de Paris Estivale 2021 peuvent entrer dans le parc. Les véhicules se garent petit à petit sous les arbres. Beaucoup de participants sortent la table de pique-nique et les chaises. D’autres préfèrent la douceur d’une nappe posée dans l’herbe tandis que certains usent du « système D » en sortant la banquette de leur Citroën 2CV qui servira d’assises pour un déjeuner à la « bonne franquette » ! Les familles se mêlent aux passionnés alors que les derniers participants et retardataires pointent leur bout du nez, fiers d’être finalement arrivés à bon port. Ceux qui auraient douter de trouver le beau temps à Meudon, se voient ravis de découvrir le parc tout ensoleillé ! Il en sera ainsi tout le long de l’après-midi. Profitant de cette exposition éphémère, les spectateurs peuvent admirer ce grand musée automobile composé de véhicules populaires, sportifs et rares… Parmi les pépites, nous pouvons citer une Chrysler Saratoga, une Excalibur SS, une Mercedes 190SL, une PGO Cévennes, deux Moss Monaco, deux Panther Kallista, deux Renault Frégate ou encore une Saab 93. Les amoureux du cinéma sauront également remarquer cette Citroën 2CV « 007 » ou encore cette Renault Estafette dite « le panier à salade » ! Vincennes en Anciennes a également mis les petits plats dans les grands avec une magnifique composition florale, des stands pour les clubs, une piste de dance et un orchestre qui a animé le site l’instant d’une après-midi !

Parmi les stands, il y avait celui de Rétromobile qui a été annulé cette année encore. Toutefois, les organisateurs du célèbre événement a rassemblé pas moins de onze véhicules dont une Autobianchi Eden Rock de 1969, une Chevrolet Corvette Stingray C2 de 1966, une Citroën Traction 11 de 1954, une Ford A Roadster de 1930, une Mini Moke de 1966, une Toyota Land Cruiser de 1989, une Triumph TR3 Small Smouth de 1953, une Peugeot 350cm3 de 1932 et une BMW R60 Side-car de 1963. Notre coup de cœur revient toutefois à la Pontiac de 1942 ayant réalisé le Tour du Monde en 80 jours, en 2000 et le Paris-Pékin 2010. Enfin l’exposition est accompagnée d’une réplique du Range Rover de René Metge lors du Dakar 1981 !

Présent à de nombreux rassemblements, nous avons retrouvé également le célèbre camion de l’Aventure Peugeot-Citroën-DS. Représentant le Conservatoire Citroën et le Musée de Sochaux, plusieurs modèles emblématiques ont ainsi été exposés dont de nombreuses voitures qui fêtent leurs anniversaires. Nous soulignons la présence notamment de la réplique de l’Autochenille du « Scarabée d’Or » de 1922 ayant fait la Croisière Noire (désert d’Alger-Tombouctou) que nous avions rencontré lors du Centenaire Citroën en 1919 !

Nous ne pouvions pas terminer cet article consacré à la Traversée de Paris Estivale 2021 sans vous parler de l’UNIVEM (Union Nationale des collectionneurs de Véhicules Militaires), qui ne cesse de nous étonner avec la reconstitution d’un village américain. Jeep Willys, Hotchkiss, Diamond T, GMC CCKW, motos… l’univers de la libération est représenté au travers d’équipements de matériel de campements, permettant de se rémémorer cette période ! Un moment parfait de partage et d’histoire !

Il est désormais temps de retrouver Paris alors que se termine cette 14ème édition de la Traversée de Paris Estivale. Il est possible de regagner la Capitale via les bus du Musée des Transports Urbains de France (Chelles) et de l’Association de Sauvegarde du Patrimoine Roulant (Aspro). Avec pas moins de cinq autobus, ce n’est pas le choix qui manque entre les quatre Renault (3TN4 de 1932 – 1935 – 1937), le Citybus de 1995 et un exemplaire d’Heuliez GX-44 nantais. De quoi remonter les temps l’instant d’une Traversée en sens contraire !

Article écrit par : ABSOLUTELY CARS 
Crédit Photos : ABSOLUTELY CARS

Cet article vous a plu ? Retrouvez notre article sur l’édition précédente à lire ici : La Traversée de Paris Estivale 2020


Une réflexion sur “Nous y étions : La Traversée de Paris Estivale 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s